Une publication majeure : Surexpression de hPG80 (progastrine circulante) dans de multiples cancers

Publiée mercredi 25 December 2019

EBioMedicine par THE LANCET



La hPG80 (Progastrine), oncogène et médicamenteuse, est surexprimée dans de multiples cancers et détectée dans le sang des patients.


Benoit You, Frédéric Mercier, Eric Assenat, Carole Langlois-Jacques, Olivier Glehen, Julien Soulé, Léa Payen, Vahan Kepenekian, Marie Dupuy, Fanny Belouin, Eric Morency, Véronique Saywell, Maud Flacelière, Philippe Elies, Pierre Liaud, Thibault Mazard, Delphine Maucort-Boulch, Winston Tan, Bérengère Vire, Laurent Villeneuve, Marc Ychou, Manish Kohli, Dominique Joubert, Alexandre Prieur




Mots clés

Progastrine Cancer Thérapie Biomarqueur sanguin Surveillance hPG80


Recherche en contexte

Des preuves avant l'étude

Le National Cancer Institute a récemment souligné le besoin de biomarqueurs pour améliorer la détection précoce des cancers, surveiller les effets des traitements et détecter les rechutes de la maladie. Par conséquent, l'identification d'un nouveau marqueur tumoral sanguin dont l'expression est large dans tous les types de tumeurs pourrait avoir un impact significatif sur le diagnostic et le suivi des patients. Il a été démontré que la hPG80 (progastrine) est surexprimée dans les cellules tumorales colorectales humaines. Il est intéressant de noter que la GAST est une cible directe de la voie oncogène Wnt/ß-caténine/ Tcf4. Cette voie étant activée dans de nombreux autres cancers et jouant un rôle majeur dans la survie des cellules souches cancéreuses, nous avons émis l'hypothèse que la hPG80 (i) pourrait être exprimée par d'autres types de cancers, et serait présente dans le sang de patients présentant des tumeurs différentes des cancers colorectaux et (ii) pourrait être une cible médicamenteuse pour différents types de cancers.


Valeur ajoutée de cette étude

Nous montrons ici que la hPG80 est exprimée par la tumeur et présente dans le sang de 11 types différents de patients atteints de cancer. Deux études cinétiques rétrospectives où des échantillons de sang ont été collectés régulièrement chez des patients cancéreux subissant différents traitements ont révélé de fortes associations entre les concentrations longitudinales de hPG80 et l'efficacité des traitements anticancéreux. Nous fournissons des données montrant la diminution de la hPG80 après la chirurgie dans une cohorte de patients avec des implications péritonéales de cancers gastro-intestinaux, traités avec des régimes de chimiothérapie péri-opératoire et une chirurgie cytoréductive. Nous montrons également la corrélation entre les niveaux de hPG80 et l'imagerie standard dans une cohorte de patients atteints de carcinome hépatocellulaire, traités par des traitements locaux ou systémiques, y compris des patients sans niveaux détectables d'alpha-fœtoprotéine. Enfin, nous montrons que le ciblage de hPG80 avec notre anticorps humanisé diminue la capacité d'auto-renouvellement des cellules souches cancéreuses d'origines diverses.


Implications de toutes les preuves disponibles

La technologie que nous avons développée pour détecter la hPG80 dans le sang est robuste, fiable et peu coûteuse, ce qui rend ce test facile à mettre en œuvre par les oncologues. Cette technologie pourrait être utilisée pour améliorer le diagnostic précoce du cancer et le suivi de l'efficacité du traitement. De plus, dans cette étude, nous montrons que notre anticorps thérapeutique anti-hPG80, qui s'est avéré initialement cibler la voie Wnt et diminuer la capacité d'auto-renouvellement des cellules souches cancéreuses du cancer colorectal, est envisagé pour avoir le même effet sur des tumeurs d'autres origines.

link to abstract : https://www.thelancet.com/journals/ebiom/article/PIIS2352-3964(19)30784-4/fulltext